HIRONDELLES NICHANT EN WALLONIE

Hirondelle rustique

L'Hirondelle rustique (Hirundo rustica) est la plus grande de nos hirondelles. On l’appelle aussi « Hirondelle de cheminée ». Elle a une longue queue échancrée avec de gracieux filets. Son plumage est bleu métallique sur le dessus et blanc délavé sur le dessous. Le front et la gorge sont de couleur rousse (ou rouge foncé), la gorge est soulignée d’un collier bleu-noir. Espèce s’installant dans les étables ouvertes des fermes et les boxes des chevaux, mais pas seulement puisqu’elle affectionne les abris de jardin, les hangars ainsi que les garages ouverts.             

 

Photo : Etienne HUBIN, agriculteur et photographe animalier 

- extrait de l'exposition"Si j'étais une Hirondelle", 2011

Hirondelle de fenêtre

L’Hirondelle de fenêtre (Delichon urbica) a la queue courte et moins échancrée que celle de l’Hirondelle rustique. Son plumage est bleu-noir au dessus, et blanc pur sur le ventre. Son croupion est blanc. Cette espèce vit aussi en colonie. Elle s’installe sur les bâtiments citadins et les habitations urbaines. Son nid est placé sous les débordements des toitures ou à l’encadrure des fenêtres.                                                                                                                                                             Photo : René DUMOULIN

Hirondelle de rivage

Le plumage de l'Hirondelle de rivage (Riparia riparia) est brun au-dessus. Le dessous est blanc, traversé par une bande brune. Sa queue courte est peu échancrée. Elle est la plus petite de nos hirondelles, et est aussi la plus menacée d’extinction. Espèce vivant en colonie et nichant à l’origine dans les berges des cours d’eau, par extension, elle s’accommode des parois verticales des zones d’exploitations de sable et de calcaire dans lesquelles pour y creuser ses galeries de nidification.

Photo : Marc FASOL

Législation internationale

Dès 1979, la Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel en Europe, reprend l’Hirondelle de rivage dans son annexe 2. Ceci implique la protection stricte de l’espèce mais également celle de ses sites de nidification. 

 

Législation européenne

Au niveau européen, les hirondelles sont reprises dans la directive 2009/147/CE du Parlement européen et du Conseil du 30 novembre 2009 concernant la conservation des oiseaux sauvages. Son article 1 informe que « la présente directive concerne la conservation de toutes les espèces d’oiseaux vivant naturellement à l’état sauvage sur le territoire européen » et qu'elle « a pour objet la protection, la gestion et la régulation de ces espèces et en réglemente l’exploitation ». Elle « s’applique aux oiseaux ainsi qu’à leurs oeufs, à leurs nids et à leurs habitats ». 

Législation régionale

Les hirondelles sont reprises dans l’Annexe I de la Loi de la Conservation de la Nature du 12 juillet 1973, modifiée par le Décret du 06 décembre 2001 pour la prise en compte de la Directive Oiseau 79/409/CEE, de la Directive Habitats 92/43/CEE et de la Convention de Berne.

PrOtection des hirondelles

 Au niveau de la législation régionale, cette protection implique l’interdiction

- de piéger, de capturer ou de mettre à mort les oiseaux ;

- de perturber intentionnellement les oiseaux ;

- de détruire, d'endommager ou de perturber intentionnellement, d'enlever ou de ramasser leurs oeufs ou nids, de tirer dans les nids

- de détenir, de céder, d'offrir en vente, de demander à l'achat, de vendre, d'acheter, de livrer, de transporter, même en transit, d'offrir au transport, les oiseaux, ou leurs oeufs, couvées ou plumes ou toute partie de l'oiseau ou produit facilement identifiable obtenus à partir de l'oiseau ou tout produit dont l'emballage ou la publicité annonce contenir des spécimens appartenant à l'une des espèces protégées, à l'exception de celles de ces opérations qui sont constitutives d'une importation, d'une exportation ou d'un transit d'oiseau non indigène.